Publié par : Mehdi | octobre 11, 2008

Débarquez vous êtes filmés Round 2

Billet paru sur le blog de L’abcdrduson

En début de semaine dernière, l’Abcdr a reçu un courrier qui faisait la promotion du deuxième volet des soirées « Débarquez vous êtes filmés » organisées par HipHop2society. Au programme, un set de Dj Lordcy, un confessionnal pour les rappers en herbe désireux de laisser une trace, un karaoké hip hop, la présence de Rudnes spécialisé dans la customisation de sneakers et des t-shirts Karl Kani (tiens donc) à gagner. Ah, il y avait aussi un autre truc de prévu : showcase de Dany Dan.

« On monte sur scène comme on baise, on crache et on se retire »

Dany Dan quoi. Je me souviendrai toujours de la première fois que j’ai entendu la mixtape « Spécial Dany Dan volume 2 ». A l’heure actuelle, ça doit toujours être l’un des trois disques de rap que j’ai le plus écouté. Entre ‘Case départ’ sur l’instru de ‘Clap back’, la découverte de ‘J’rappe pour rien’ ou le freestyle avec Disiz et Moda, il y avait de quoi en prendre plein la gueule. Et grâce à ce disque, les trajets Creil-Melun que je faisais toutes les semaines, en voiture ou en empruntant l’interminable RER D, me paraissaient surtout beaucoup moins longs. Forcément, il fallait être de cette soirée.

Si le Glazart ne sera jamais comble, il y a bien une petite centaine de personnes qui a fait le déplacement en ce vendredi 3 octobre. A l’entrée, on est tout de suite alpagué par le sosie de Rama Yade. En bien mieux. « Si tu remplis ce formulaire, tu pourras gagner une paire de chaussures customisée à la fin de la soirée lors du tirage au sort ». Oui oui oui, je vais remplir le formulaire. Je continue mon chemin et j’aperçois une silhouette avoisinant les 200 centimètres près de la scène. Tranquillement, Daniel Lakoué est en train de discuter avec un fan trentenaire qui arbore une moumoute à peine dissimulée. Enfin Dany écoute davantage qu’il ne parle, l’interlocuteur ayant vraisemblablement beaucoup de choses à dire et un faible pour la main du MC qu’il ne semble pas décidé à lâcher.
Un petit tout au bar et j’en profite pour aller aux toilettes. 30 secondes d’attente et Dany Dan en sort, se tenant face à moi.

Recontextualisation
‘Des voix dans ma tête’ est ma sonnerie de téléphone et fait également office de réveil. Oui, tous les jours c’est la voix de Dany Dan et son « Sages Po Sages Po » qui m’ouvre les yeux. Cette année, après ‘ABC’ de Pee ‘Daniel Lakoué’ doit être un des titres que j’ai le plus écouté. Malgré ses imperfections, je continue de voir en « Poétiquement correct » un très bon disque et j’ai des frissons quand Oxmo cite l’album réalisé avec Ol Kainry entre « Ready to die » et Billie Holiday dans le disparu www.lehiphop.com.

Quelques secondes histoire de réfléchir à la phrase la plus appropriée. Ce sera finalement « Si on m’avait dit que je croiserai Dany Dan dans les toilettes ». Pas top hein. Pas grave, Dany se fend d’une réponse de dandy « Oh ça arrive, ça arrive ». Jusqu’ici tout va bien.

Les choses sérieuses commencent donc avec le set de Dj Lordcy. Entre morceaux fraîchement sortis (‘Swagga like us’) et classiques inépuisables (‘Put it on’), le Dj local a le mérite de chauffer doucement les esprits. Et comme c’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures confitures, c’est le remix de ‘Ante up’ qui va convaincre les derniers sceptiques de se lever. Toutefois, l’hôte de la soirée, Typhoosss aura beau tout tenté pour que la foule se décide à danser, personne ne suivra le mouvement lancé par un smurfer isolé.

On passe ensuite à ce qui se veut le premier karaoké hip hop de Paris. Quelques volontaires qui connaîtront plus ou moins de réussite : si les deux premiers s’en sortent plutôt bien avec les couplets de Snoop sur ‘What’s my name’ et de Biggie sur ‘Juicy’, les suivants ont plus de mal à rester dans le rythme sur ‘Petit frère’ d’Iam. On finit avec une voix féminine, quand même, pour ‘American boy’.

Il se fait faim et tout le monde veut passer au plat principal. Pour chauffer tout ça, Typhoosss demande à tout le monde de reprendre en chœur le refrain de ‘Qu’est ce qui fait marcher les sages’. Tout le monde s’exécute et la voix de Dany, depuis les loges, commence à se faire entendre. « Ouais Ouais ». Le concert peut débuter.

« Capital D Capital A Capital N, je m’amène, ramène,le magistral, le poétiquement correct, les phases torrides… »
L’entrée du MC sur ces fameuses rimes issues du titre ‘Un homme et un microphone’ suffit à métamorphoser le public, jusqu’ici resté très calme. Et le décor est annoncé par le public : les deux premiers rangs semblent être des inconditionnels incollables sur n’importe quel couplet. Big Willy, chargé d’assurer les backs, aurait pu rester à la maison s’il l’avait voulu : des métaphores hallucinées tirées du premier album (« Je ne fais pas de clichés, je ne suis pas une pellicule ») au final explosif sur ‘Le pape de Boulogne’ (ah cette phase sur ta maman qui aurait dû t’avaler) en passant par l’époque Beat de Boul (‘Un dingue en moi’ joué pour le rappel), le public ne laissera jamais tomber le maître de cérémonie. Dany semble même gêné quand le premier rang lui demande certains titres : « ‘Malgré l’effort’, ‘Rebel' »… « Nan nan, les gars », l’air de dire que ça n’était pas prévu.
Ce qui est sûr en tout cas c’est que Dany Dan était heureux d’être là, heureux de faire face à des gens qui se sont bougés pour lui. « Apparemment ça connaît les couplets ce soir ». Pire encore.

Autre joli moment du showcase quand Dany Dan décide d’enchaîner une série de couplets dédiés au passé. Comme si lui aussi était empreint d’une certaine nostalgie. ’24 mesures de poésie’, ‘J’rappe pour rien’ et cette phrase, encore une fois reprise en cœur par le Glazart : « Quand y avait pas de poste, on me demandait de rapper ».

« J’suis un paradoxe, je sors d’une Testarossa et te taxe une clope »
C’est vraiment ça Dany Dan. Un type qui paraît super simple et en même temps vachement raffiné. Qui dit « Néanmoins » juste avant « A la régulière ». Qui dédicace, au détour d’un refrain, la jolie brune avec qui il discutait avant de monter sur scène et qui dit ensuite qu’avec les filles il a l’impression d’être « né salaud ». Qui dit « les nègres attendent mon skeud comme certains le prophète » mais qui sourit comme un gamin un matin de Noël quand le public crie « oui » lorsqu’il demande si quelqu’un connaît ‘Un dingue en moi’.

Finalement, on ne peut que regretter que la prestation de Dany Dan n’ait pas été plus longue (pourquoi un showcase et pas carrément un concert?). Non pas que le reste de la soirée ait été dénué d’intérêt mais il était clair que la majorité du public était présente pour le rappeur. C’est peut-être à regretter d’ailleurs car quelques personnes-de sexe féminin-en plus auraient sûrement motivé davantage de personnes à occuper la piste durant les deux premières heures et rendu le set de Dj Lordcy moins long.

Quoi qu’il en soit, les intéressés ont rendez-vous sur le site de hiphop2society dans les jours prochains pour revoir l’intégralité de la soirée. Et guetter éventuellement le troisième volume de ce qui s’apparente à une jolie initiative.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :