Publié par : Mehdi | décembre 4, 2008

Aller voir « Agathe Cléry » et s’éteindre.

1

Hier, je suis allé voir « Agathe Cléry ». Bon c’est nul.

Je sais très bien qu’il ne fallait pas aller voir ce film. Déjà sur le papier, ça sentait mauvais. Et on a beau dire ce qu’on veut sur les critiques cinéma, quand toute la presse est unanime pour dire qu’un film est mauvais, on peut être tenté de la croire. Je les ai défié, ils m’ont vaincu.

Deux raisons m’ont poussé à aller voir ce film. D’abord, la présence de Valérie Lemercier. Géniale comédienne décomplexée, c’est typiquement une actrice capable de porter une comédie à elle seule comme les De Funès ou les Bourvil pouvaient le faire en leur temps. Du moins c’est ce que je croyais. La deuxième raison, c’est que le cinéma français qui s’attaque au sujet du racisme, ça a quelque chose d’inédit et de forcément intriguant. Ok, « Agathe Cléry » n’allait pas être notre « Collision » mais on pouvait espérer un petit quelque chose. On aurait eu tort.

Plusieurs choses ne vont pas du tout dans ce film :

– Il y a de quoi se demander si l’histoire ne se passe pas au début du XXème siècle quand les Noirs étaient rares en France et que les têtes blondes se demandaient si les toucher allait les tâcher. A cette époque là, oui, les gens faisaient de grands yeux lorsqu’ils rencontraient un Noir. Aujourd’hui, ça n’est plus le cas. Loin de moi l’idée de minimiser le problème du racisme. Je soutiens Morsay dans son entreprise de destruction du Front National mais de là à voir en chaque citoyen français un raciste potentiel, non. Certaines scènes sont édifiantes : Anthony Kavanagh est en voiture et se fait arrêter par une femme flic alors qu’il téléphonait au volant. Et la femme, pleine de subtilité, lui balance un « Alors, il sait pas qu’en France on n’a pas le droit de téléphoner en voiture ? ». Ca fait quelques années que je vis dans ce pays et aucun Français ne m’a jamais parlé comme ça. Je me suis peut-être déjà fait arrêté pour un délit de sale gueule mais jamais on ne m’a manqué de respect. Qu’il existe des flics racistes qui se laissent aller en banlieue, tout contents d’avoir carte blanche, je veux bien. Mais que l’on généralise toute la profession en faisant du premier flic rencontré un vilain cousin de De Villiers, c’est moche.
Il en va de même lorsque Agathe devient noire et qu’elle postule pour différents emplois. Là encore, le racisme a l’embauche est bien trop présent. Il est prouvé que cette discrimination là fait encore terriblement rage. Mais ne pas vouloir de Noirs dans leur boîte n’empêche pas les employeurs d’en avoir déjà vu. Alors que le film présente à chaque fois des cadres sortis tout droit des années 20, tout étonnés de voir quelqu’un au taux de mélanine si élevé. Ridicule.

– Vous en connaissez beaucoup des médécins qui vont revenir le dimanche pour relooker un patient ? C’est pourtant ce qui se passe. Agathe fait une tentative de suicide, elle est sauvée par une femme médecin noire qui, malgré les propos racistes et détestables de sa patiente, va s’acoquiner avec elle et, donc, venir la conseiller pour sa nouvelle coupe de cheveux et sa tenue vestimentaire. Parce qu’il y a des habits pour les Noirs, vous comprenez.

– Noire, Agathe est finalement embauchée dans une boîte jeune et dynamique, crée par un Noir et dont le seul credo est de n’embaucher aucun blanc. Et là, surprise, mais tout se passe bien dans cette boîte. Mieux, les gens ont le sourire en permanence, sont tous adorables et on comprend, lors d’une réunion d’Agathe avec deux de ses collaborateurs, que ses derniers sont beaucoup plus intelligents et travailleurs que les Blancs. Ce film est une merde sans nom.

– Dans ce film, les gens chantent aussi. Oui, Chatilliez s’est pris pour Woody Allen, Valérie Lemercier pour Julia Roberts. Mais on n’a pas affaire à « Tout le monde dit I love you ». Les chansons sont insipides, les mélodies sans saveur. Revoyez plutôt « Sweenez Todd » et imaginez qu’Agathe Cléry aille faire un tour dans le salon de Johnny Depp.

Publicités

Responses

  1. ouch ! oO
    Merci pour l’article.
    J’pensais pas qu’c’était autant à chier comme film.
    Excellent article.

  2. En même temps et dans le respect de ta coiffure Mehdi, ça t’apprendra à aller voir des films de merde.
    C’est quand même écrit dessus que ça pue du cul, et j’aimais beaucoup Vamérie Lemercier mais elle commence à arriver au bout de la pelotte de son personnage de bourgeoise effarouchée pa

  3. (suite à une fausse manip’ le commentaire fantastique du dessus a été propulsé sans mon accord)
    donc je disais, hainehainehaine, murdermurdermurder, killkillkill.
    Le cinéma français, c’est dur.
    Très bon billet encore une fois, je te soupçonne d’ailleurs d’être allé voir ce flim exprès pour le critiquer.
    Bisous.

  4. Clairement, je l’ai cherché. Mais je me demande si ce film n’est pas à conseiller tellement il est symptomatique des problèmes français à aborder la question du racisme : impossible d’éviter la caricature.
    Et nous on n’a plus qu’à aller revoir « Les Trois frères ». Ben ouais le cinéma français c’est comme le rap et Salif (dédicace à Aircoba), c’était mieux avant.

    Merci pour le retour. Je te dis pas « Bisous » (no homo, Cam’ron, Pusha T tout ça) mais le coeur y est.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :