Publié par : Mehdi | novembre 8, 2009

Best-of street-CD’s

Lorsque Complex a fait son classement des dix meilleures mixtapes des années 2000, on s’est dit qu’il y avait sûrement quelque chose à faire en France avec les street-CD’s, ces produits hybrides qui ont envahi les bacs des FNAC’s et de nos disquaires préférés au milieu des années 2000. Parfois premier projet d’une jeune pousse qui ne demande qu’à exploser, parfois simple défouloir pour un MC plus expérimenté, les streets-CD’s se sont massivement démocratisés, pour le meilleur et pour le pire. Passage en revue de ce qui s’est fait de mieux jusqu’à présent.

10. Keny Arkana – L’esquisse

322208396 Keny Arkana aura touché à tous les formats possibles avec, à chaque fois, le même succès. Le maxi (« Le missile est lancé » en 2004, « La rage » en 2006), l’album (« Entre ciment et belle étoile » sorti en 2006 chez Because et qui a atteint depuis le stade du disque d’or), le EP (le très réussi « Désobéissance » sorti en 2008) et, évidemment, le street-cd avec « L’esquisse » délivré en 2005 et vendu à près de 60 000 exemplaires après la réédition dont il a fait l’objet en 2007. Là où son premier album s’emmêlait un peu les pinceaux, entre répétition appuyée de son discours alter-mondialiste et une mélancolie presque dépressive en guise de fil conducteur, « L’esquisse » était un véritable concentré de rage explosive dans lequel Keny donnait la pleine mesure de son talent. Et prouvait sur plusieurs titres qu’elle était capable de mettre plus d’un rappeur à l’amende.

‘Style libre’

09. Nubi – Scarlatitude

553219770 Nubi fait partie de ces rappeurs super doués apparus à la fin des 90’s qui n’ont jamais véritablement saisi l’occasion d’exploser, se cantonnant à un rôle d’éternel rookie. Et pourtant… Moitié du groupe Futuristiq, Nubi avait écumé les glorieuses compilations de la fin du siècle dernier (‘Première classe’, ‘Fat Taf’, ‘Nouvelle donne’) et sorti un premier album de très bonne facture avec son groupe. Revenu en solo au milieu des années 2000, Nubi a très vite rappelé à tout le monde à quel point il savait être incisif. Un freestyle remarqué pour Réality Mag, des featurings de qualité et un street-CD, « Scarlatitude », qui comportait son lot de tueries. ‘Choquer la France’, ‘Neuf Invasion’, ‘Bombe sale’, ‘Mack le Biz’, ‘Légendaire’, ‘Une main de fer’… Autant de morceaux de bravoure qui nous laissent penser qu’un retour imminent ne ferait pas de mal.

‘Une main de fer’

08. Youssoupha – Eternel recommencement

youssoupha-eternel-recommencement On avait déjà eu l’occasion de revenir sur ce premier street-cd de Youssoupha qui, outre le classique ‘Eternel recommencement’, avait le mérite d’imposer le style d’un MC à la tête sur les épaules et à la verve inépuisable. Youssoupha que l’on a eu l’occasion de rencontrer récemment à l’occasion de la sortie de son deuxième album et avec lequel nous avons eu, entre autres, le temps de revenir sur ce premier projet qui a fait figure de véritable détonateur pour la carrière du lyriciste bantou. A lire très bientôt ici même donc.

‘Youssoupha est mort’

07. Kennedy – Flashback

front Il y a un problème récurrent chez les rappeurs qui commencent avec un street-CD de qualité : le traîner éternellement comme un boulet. Jouissant d’un buzz considérable en 2005 après « Flashback », Kennedy a sorti son album « Cicatrice » en février dernier sans que personne ne semble réellement s’en apercevoir. Si l’album a déçu, il y a également fort à parier que l’attente entre « Flashback » et ce premier album a été beaucoup trop longue et à peine comblée par un « Flashback II » assez confidentiel. Quoi qu’il en soit, ce premier streer-CD, porté par les émblématiques ‘Flashback’, ‘La France en état de choc’ ou ‘Hollywood’, était la déclaration de guerre d’un MC aux dents longues bien décidé à tout croquer. A l’époque, si tu lui demandais quelle heure il était, il te répondait « c’est mon heure ».

‘Flashback’

06. Seth Gueko – Patate de forain

seth-gueko-patate-de-forain Après « Barillet plein », double street-CD musclé dans lequel Seth criait sa haine généralisée de la race humaine et croisait le micro avec une bonne partie de l’underground rapologique français, « Patate de Forain » est sans doute le meilleur projet de l’égérie de Néochrome à ce jour. Dernière sortie en date avant qu’il ne se fasse dépasser par son personnage oscillant avec fragilité entre Mesrine et le gitan de « Snatch », ce street-album était surtout l’occasion de démontrer que Seth a définitivement un sens de la formule hors du commun.

05. Sexion d’Assaut – Le renouveau

sexion_d_assaut_-_le_renouveau Débarqué en grande pompe en 2008 à coup de freestyles daylimotion et d’égotrips chevaleresques, la Sexion d’Assaut a été la sensation de ce début d’année. « Le renouveau », street-CD sur lequel on était longuement revenu, était une véritable démonstration de style et sert de parfaite carte de visite à un crew qui réussit le tour de force d’être diablement frais en utilisant pourtant des recettes d’un autre temps.

‘Arrête de te plaindre’ [audio:http://www.abcdrduson.com/blog/wp-content/uploads/2009/10/11-Arrete-De-Te-Plaindre.mp3%5D

04. Salif – Boulogne Boy

salif-boulogne-boy-300 Comme Salif nous le disait récemment, « Boulogne Boy » a été un élément déterminant dans la « deuxième carrière » de la moitié de Nysay, celle qui s’est achevée avec la fin de IV my people et son affranchissement définitif de toute forme de parrainage. Ce premier street-cd solo marquait clairement l’affirmation d’un nouveau Salif aussi bien dans l’alias emprunté aux Ultras du PSG, dans le look de hooligan totalement inédit dans le rap que dans un tracklisting agressif plein de ghetto anthem potentiels conçus pour être poussés à fond sur le périphérique parisien. Mention spéciale pour le titre introductif, ‘Yoyo’, exceptionnelle remise en place de l’ensemble de ses confrères.

‘Yoyo’[audio:http://www.abcdrduson.com/blog/wp-content/uploads/2009/10/01-Yoyo-1.mp3%5D

03. Nakk – Street minimum

nakk-street-minimum- « Street minimum » est apparu dans les bacs en 2006 avec pour principale mission d’annoncer le premier album solo tant attendu de Nakk. Mais c’est bien connu, l’auteur de la ‘Tour 20’ n’est pas très doué pour respecter les deadlines. 2009 devrait être la bonne année puisqu’un clip officiel est en rotation et que l’album a l’air d’être réellement programmé pour sortir d’ici la fin de l’année. On croise les doigts. Et on peut toujours se replonger dans ce street-CD qui est à ce jour le seul long format à mettre à l’actif de Nakk. En réécoutant ce disque, on se souviendra que, déjà à la sortie, on avait émis quelques réticences sur certains choix de productions. Que le mixage de l’ensemble laisse sérieusement à désirer. Que certains titres étaient déjà connus depuis un bon moment. Malgré cela, on avait été forcé d’être indulgents tant le rappeur de Boboche est stratosphérique sur la plupart des titres. Ultra-technique sans que ça n’empiète jamais sur le sens, Nakk mélange second degré, excès de lucidité et touches d’espoir au sein d’un street-CD qui, mine de rien, a délivré quelques titres marquants (‘Chanson triste’ et ‘Ils disent’ en tête). Et puis, sincèrement, Nakk pourrait rapper a capella qu’on l’écouterait quand même sans broncher (ou presque).

02. Despo Rutti – Les sirènes du charbon

despo+-+les+sirene+du+charbon+-+cover Despo Rutti est un des rares rappeurs qui, après un premier street-CD de qualité, n’a toujours pas sorti son premier album. Si on prend en compte le fait que beaucoup ont déçu avant lui au moment de franchir cette étape, on prend la pleine mesure de la pression qui s’est installée sur les épaules de Despo au cours des derniers mois. Pression parce qu’il s’agit d’un MC épatant, unique en son genre, à la plume bardée de références en tout genres et sans cesse prompte à oser des comparaisons aussi improbables que percutantes. Pression également parce que le temps passe vite et que tout le monde a encore en tête le coup de maître qu’était ses « Sirènes du charbon ». Deux CD’s massifs qui, présentés différemment, se seraient sans aucun doute frayés une place de choix dans un probable classement futur qui récapitulera les meilleurs doubles albums de l’histoire.

01. Ekoué – Nord Sud Est Ouest 1er épisode

ekoue-nord-sud-est-ouest Normalement, Ekoué est le rappeur typique à officier sur un album. La Rumeur a toujours soigné le boulot qu’il s’agisse de la qualité des textes ou des beats mis à disposition des MC’s. Bref, pas le gene de rappeurs à se défouler sur un projet annexe. Pourtant, c’est exactement ce qu’a fait Ekoué sur ce « Nord Sud Est Ouest ». Intégralement produit par l’excellent P.A.T, ce street-album prend le reste du rap français à son propre jeu. Alors que le rap français n’a eu de cesse de se durcir ces dernières années, lyrics racailleux et beats de plus en plus sombres en prime, un gars comme Ekoué a souvent été grossièrement catégorisé comme un de ces intellectuels du rap. « Paraît que j’suis pas assez la Rumeur, que j’suis pas assez Kery » disait la Fouine. Le temps d’un projet, Ekoué est allé chasser sur des terres qui, a priori, ne sont pas les siennes. Quatorze titres de rap diablement énervé, d’insultes gratuites, de Marianne traînée dans la boue, de principes républicains remis en cause, de figures emblématiques de l’ère Sarkozy (Carla Bruni, Rama Yade) conchiées… Exactement ce que fait le reste du rap français ? Oui, à ceci près que, cette fois, c’est la plume d’Ekoué qui s’attaque à ces symboles. Honnêtement, ça fait une sacrée différence.

Billet paru sur le blog de l’Abcdrduson.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :