Publié par : Mehdi | novembre 8, 2009

L’abécédaire du son : D comme …

lettre-d

D comme…D12 : Encore aujourd’hui, le groupe est souvent caricaturé comme étant le crew d’Eminem. Problème dont ils s’étaient volontiers moqué à l’occasion d’un single, ‘My band’, qui n’est d’ailleurs pas sans rappeler l’esprit de ‘We made you’, dernier titre en date du Slim Shady. Alors qu’en réalité, il n’y a pas que les couplets d’Eminem qui valent le détour dans ce groupe. Il y a aussi feu Proof bien sûr capable de prestations de haut niveau comme ce couplet posé parfaitement sur ‘How come’. Des productions de qualité avec Dre, Eminem mais aussi Denaun Porter qui a fait son chemin depuis (mais tout de même, qu’est ce que cette prod que Kanye leur a refilé pour leur deuxième album ?). Et, enfin, Bizarre. A priori, rappeur le plus faible du groupe, il a sorti un solo et son EP contient même une prod de Jay Dee. Souvent off-beat, il n’en demeure pas moins qu’il a réussi à captiver l’attention de l’auditoire via des lyrics défiant l’entendement. Florilège sur « Devil’s night ».

D comme…Dany Dan : J’avoue, j’aime bien ce rappeur.

D comme…Daz Dillinger : Dans la série des morceaux parfaits autrefois chers à JB, ‘I got love in these streets’ aurait eu sa place sans problème. Non ?

D comme…Detox : Sûrement l’album de rap le plus attendu depuis le « Black Album » de Jay-Z. Seulement, s’il n’est pas vieux, le « Black album » est sorti à une époque où il était encore possible de ne pas connaître la moitié de l’album une semaine avant la sortie. Du coup, l’excitation au moment de mettre le disque dans la platine était quasiment intacte. En 2009, c’est un petit peu différent. Alors qu’un album de Dre est censé modifier le rap pour les dix prochaines années, entendre des morceaux au compte gouttes, aussi bon soit-ils, relativisera forcément notre jugement. Soyons forts et n’écoutons pas tous ces titres sauvagement leakés sur nahright et qui ne se retrouveront sans doute pas sur la version définitive de l’album. Cela signifie que, si vous vous promenez sur le forum de l’abcdrduson, il faudra redoubler d’efforts et réussir à éviter de cliquer sur les liens postés plus vite que son ombre par Damencio.

D comme …Despo Rutti : Quand Despo parle, la terre le rap français s’arrête de tourner. Et les best-ofs de punchlines n’en finissent plus de se remplir : Entre considérations météorologiques ( « Faudrait te rentrer un thermomètre dans le cul pour que tu distingues le second degré » ), blasphême ostentatoire ( « Avant d’me casser les couilles avec ta religion fait moi voir tes photos souvenirs du paradis » ) et démystification des icones traditionnelles ( « Rien n’est jamais trop beau, la plus belle actrice du festival de Cannes aura toujours un peu d’merde sur son anus » ), Despo n’épargne personne. Même pas lui-même ( « j’surveille mon propre zgueg tellement j’veux pas me faire enculer » ). Même si « Les sirènes du charbon » valair déjà son pesant de ro-ro, on attend toujours son premier album officiel. La pochette des « Convictions suicidaires » vient à peine d’être dévoilée et on trépigne d’impatience.

D comme…Disiz : Ancienne star du rap hexagonal reconvertie le temps d’une émeute en « Grand frère » préféré des chaînes télévisées. En 2009, on ne sait plus vraiment sur quel pied Disiz danse. Un jour avec Grems, le lendemain dans une mauvaise copie de la vidéo de ‘Can’t tell me nothing’. Apparemment, son prochain album sera son dernier. Et on ne sait pas trop quoi en penser.

D comme…DJ : Comme DJ Premier, DJ Mehdi, DJ Pooh, DJ Crazy Toones, DJ Quik, DJ Yella, DJ Jazzy Jeff

D comme…Doc Gyneco : Ancien rappeur de talent reconverti en tant qu’émissaire sarkozyste pour prêcher la paix au Moyen-Orient.

D comme…DMX : Doté d’un charisme incomparable et capable de sortir des ghetto anthem à la pelle, DMX était ce rappeur qui battait tous les records au début des années 2000. Aujourd’hui, il ne sait pas qui est Barack Obama et pourrait écoper de 8 ans de prison (aucun lien de cause à effet entre ces deux informations).

D comme…Dr.Dre : S’il fallait faire un parallèle avec le cinéma, la musique de docteur Dre serait un gigantesque film d’action débordant d’effets spéciaux impressionnants, de moments épiques et scotchant d’efficacité. Un blockbuster donc mais au sens noble du terme. Si Ron Browz s’apparente à un Michael Bay, alors Dr Dre est les frères Wachowski réunis en une seule personne, transformant un simple divertissement en démonstration de virtuosité.

D comme…Dr.Period : Parce qu’il a produit ‘Mo money mo murder’ et ‘Once again’ d’AZ.

A voir aussi :
A comme … Première partie
A comme … Deuxième partie
B comme …
C comme…

Billet paru sur le blog de l’Abcdrduson.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :