Publié par : Mehdi | novembre 8, 2009

Une voiture tchèque, une autoroute belge et un angle mort parisien.

Comme très souvent, ce week-end j’ai profité de mon temps libre pour aller acheter des disques et des DVD’s. Avec l’offre des 5 DVD’s achetés pour 30 euro en vigueur actuellement à la FNAC, c’est « Shaun of the dead », « Marathon Man », « Sin city », « Manhattan » et « Certains l’aiment chaud » qui sont repartis dans ma besace. Niveau CD’s, j’ai acheté trois disques dont ceux de La Fouine et d’Orelsan que j’avais déjà écouté avec un certain plaisir. Le dernier, vous l’aurez deviné, c’est « L’angle mort », cette collaboration annoncée depuis un moment sans que l’on sache vraiment s’il fallait l’attendre sérieusement ou pas.
Finalement, après quelques extraits alléchants et un live de classe chez Taddei, l’album est finalement dans les bacs. Malgré le respect que j’ai pour Noir Désir, l’immortalité des rimes d’Hamé et la puissance de feu de Casey, je n’étais que moyennement enthousiasmé par ce projet. En le voyant à la FNAC, je n’ai pas pu m’empêcher de le prendre mais sans une énorme conviction.
Aujourd’hui, je m’en veux presque de ne pas avoir été davantage excité par ce disque.

Parce qu’aujourd’hui, c’est bien de l’excitation que je ressens à chaque fois que j’écoute le disque. L’excitation d’entendre Casey donner une leçon de flow à tout le reste du rap français sur ‘Une tête à la traîne’ dont j’imagine mal ce qui pourrait l’empêcher d’être le meilleur morceau de 2009, l’excitation de décortiquer à nouveau les couplets d’Hamé sur ‘E.L.S.A’ et le solo des musiciens à la fin des ‘Mains noires’, sorte d’intro parfaite à un disque qui n’est pas loin de l’être.

Parlons en justement de ce premier morceau. Dimanche soir, j’ai dû faire le trajet Lille-Luxembourg en voiture. En passant par la Belgique, comme d’habitude. L’avantage quand on passe par les routes belges, c’est qu’on ne paye pas le péage. L’inconvénient, forcément, c’est que ces routes ne sont pas du tout entretenues. Honnêtement, deux heures de trajet là-dessus, c’est déjà un petit peu l’aventure. Lors de la première partie du trajet, comme pour confirmer le fait que « L’angle mort » ne me chauffait pas plus que ça, je décide de mettre « Mes repères » de La fouine. Sans surprise, le disque regorge de quelques belles trouvailles et on passe un vrai bon moment à son écoute. Ceci dit, il faut bien avouer qu’il ne se prêtait pas du tout au contexte. Je décide de découvrir enfin le projet de Casey, Hamé et Zone Libre.

Une petite remarque tout de même sur l’album de La Fouine : il y a un moment troublant sur le remix de ‘Ca fait mal’. Lorsque Sefyu finit son couplet par « J’suis pas homosexuel pour que j’t’encule » et que La Fouine embraye sur « Dans une cage d’escalier on peut le faire, on peut finir à l’hôtel, s’il n’y a plus de place sa mère, on peut le faire sur ma banquette arrière ». J’ai trouvé cet enchaînement étrange.

Ce premier morceau donc, ‘Les mains noires’. A peine appuyé sur Play et on est directement happé par le disque. Quelques secondes écoulées et je me remémore immédiatement les chocs qu’ont été certains titres de la Rumeur et l’album de Casey. Quelques secondes écoulées et je m’en veux déjà d’avoir été plus enthousiasmé par les albums de la Fouine et d’Orelsan. Le couplet de Hamé terminé et je me dis que, hormis quelques punchlines mémorables sur le dernier Booba, ça fait un moment que les textes d’un rappeur ne m’ont pas mis une vraie gifle. A la fin du morceau vient donc ce solo de rock aux airs de fin du monde. Ou de révolution. Je ne sais pas vraiment et à 160 km/h sur une route belge avec cette violence dans les oreilles on ne sait plus grand chose. Une chose est sûre, si j’avais découvert ce morceau sur mon ordinateur après un passage chez un fournisseur russe l’effet n’aurait pas été le même. Là, je dois l’avouer, j’étais comme transporté.

Volontairement, j’ai passé sous silence la prestation de Casey. Parce que sans manquer de respect à ses acolytes, Casey est à part. Sur ce disque, Casey c’est Dieu. Ou peut-être préfèrerait elle être le Diable. Là encore je ne sais plus mais ce qui ne fait aucun doute c’est que son arrivée sur ‘Purger ma peine’ me fout des frissons à chaque écoute. A chacune de ses apparitions, Casey frappe fort et juste. Voix de dictateur et flow de contorsionniste, elle réalise avec ‘Une tête à la traîne’ quelque chose de presque indescriptible à l’écrit. Il faut simplement écouter. Si possible à 160 km/h en Belgique.

Casey, Hamé, Teyssot-Gay. Anfalsh, la Rumeur, Noir Désir. On aurait dû s’en douter tant les connexions sont évidentes. Quant à Casey et Hamé, tandem d’un jour, leur alchimie frôle, elle aussi, la perfection. Si leur propos est sensiblement le même, la forme diffère. Entre l’électricité de Casey et l’espèce d’assurance tranquille qui se dégage des passages d’Hamé, il y a une forme d’équilibre imparable qui en ressort.

En gros, je n’attendais pas vraiment ce projet mais, aujourd’hui, il va être très dur pour moi de trouver la motivation pour écouter « Mes repères » et « Perdu d’avance ».

Billet paru sur le blog de l’Abcdrduson.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :