Publié par : Mehdi | juin 7, 2010

Interview : Taipan

Lorsqu’on l’avait rencontré en 2005, Taipan commençait tout juste à penser à son premier album. Cinq ans plus tard, la moitié de Taichi sort « Je vous aime », un disque atypique et radicalement différent de ce à quoi il nous avait habitué ces derniers temps. Rencontre avec un rappeur qui sait ce qu’il veut.

Abcdrduson : Ton album était annoncé depuis un moment. Qu’est ce qu’il s’est passé depuis tout ce temps et quelles ont été les différentes étapes de création ?

Taipan : J’ai commencé l’album au moment où Céhashi a signé chez Warner. Il a été pris par cette affaire donc j’ai commencé l’album de mon côté avec des prods faites par mes soins et mon gars Homemade qui a d’ailleurs enregistré l’album à Bruxelles. Chez Warner, Céhashi donnait énormément de prods mais il a pas mal été freiné par le fait que ses instrus contenaient beaucoup de samples. En l’espace de 1 an et demi/2 ans, il a dû filer près de 400/500 prods sans que ça ait vraiment donné quelque chose… Ca l’a un peu dégouté. Quand j’ai fini cette première version de l’album qui ne contenait qu’une ou deux prods de Céhashi, il est revenu me voir en me disant qu’il aimait bien le travail qui avait été fait, que les textes étaient bons mais qu’on manquait un peu de sa maîtrise. Etant un peu lassé de la tournure que les choses avaient prises chez Warner, il m’a proposé de reprendre les morceaux de A à Z. Ensuite, on a fait une deuxième version de l’album ensemble. Et de ce point là, on est encore reparti à zéro pour aboutir sur une troisième version qui est l’album qui sortira le 8 mai.

A : Pour quelles raisons êtes vous repartis sur une troisième version ?

T : Comme je te disais, les prods de la première version n’avaient pas le niveau à côté de ce que pouvait faire Céhashi. Ensuite, quand Céhashi est arrivé, on s’est retrouvé dans la même situation que les femmes accrocs de chirurgie esthétique : elles commencent par se faire refaire les nichons, ensuite le cul, le visage… C’est un cycle sans fin et on est un peu tombé dans ce piège. A un moment, on s’est arrêté en acceptant l’idée qu’il était toujours possible de faire mieux et qu’il fallait maintenant sortir cet album.
Le mauvais côté c’est que l’album a mis 4 ans à sortir et donc que certains textes ont 4 ans. Le bon côté c’est que les prods sont très fraîches.

A : Justement, tu nous dis que certains textes ne sont pas récents. Est-ce qu’un texte comme ‘Viens-là mon frère’ était quelque chose que tu gardais au chaud depuis longtemps ?

T : C’est le dernier morceau qui a été écrit sur l’album et il découle vraiment d’une rencontre avec un pote que je n’avais pas vu depuis des années. Ca n’était pas du tout quelque chose de calculé depuis longtemps. J’ai revu un pote qui s’était un peu fait bouffé par la vie. Ca m’a trotté dans la tête pendant quelques jours et j’ai lâché ce texte. Tu revois cette personne et tu reparles de tous les gens que t’as connu, de ce que tu as fait de ta vie, de ce qu’il a fait de la sienne… J’ai vraiment essayé de retranscrire cette ambiance de retrouvailles. Tu comprends aussi pourquoi t’as perdu de vue ce gars. Quand tu es gosse, tu ne choisis pas tes potes et tu prends les premiers qui arrivent. En grandissant, c’est un peu différent et les chemins se séparent… Voilà, il n’y avait pas de calcul avec ce morceau.

Lire la suite de l’interview.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :